• Jasmin

Le marketing sous influence


Exit la télévision, la publicité se passe maintenant sur les réseaux sociaux. Ceux que nous appelons communément les influenceur·euse·s, sont les nouveaux visages de la e-publicité. Ils sont nombreux·se·s à s’associer avec des banques et des assurances pour promouvoir de nouveaux services.


N26 multiplie les partenariats avec les influenceur·euse·s, dont les Youtubeurs Mc Fly et Carlito, presque 6,5 millions d’abonné·e·s et une vidéo en préparation avec le président de la République Emmanuel Macron.


S’il existe plusieurs catégories d’influenceur·euse·s, ce sont généralement des créateurs et créatrices de contenu de divertissement qui font la promotion de produits et de services via leurs réseaux sociaux.


Leur force est de se positionner à la fois du côté du publicitaire et du consommateur, en gardant leur propre identité visuelle.


En novembre 2020, 38% des Français·e·s entre 18 et 34 ans avaient déjà acheté au moins un produit via les réseaux sociaux. 90% des utilisateur·trice·s d’Instagram sont abonné·e·s à une marque sur la plateforme, et la moitié d’entre eux·elles affirment être davantage intéressé·e·s après avoir vu la marque sur le réseau social.


La force de ces plateformes est d’offrir un avis consommateur, du contenu de divertissement et un parcours d’achat sur une même application. Avec le social shopping, les réseaux sociaux deviennent une plateforme de vente complète, qui fluidifie l’expérience client dans ses achats.


Par exemple, il est désormais possible de réaliser directement ses achats sur l’application Snapchat qui possède sa propre boutique intégrée et une fonction de paiement prise en charge par Shopify.


Si l’influence peut être considérée comme la nouvelle poule aux œufs d’or du marketing social, les consommateur·trice·s deviennent de plus en plus méfiants. Plusieurs personnalités ont été impliquées dans des arnaques et des commerces de dropshipping.

Il est donc important de savoir comment se positionner dans les catégories d’influenceur·euse·s et sur quels réseaux : TikTok ? Instagram ? Facebook ? Pinterest ?

S’associer à des influenceur·eus·e·s et aux micro-influenceur·e·s permet aux acteurs BFA de capter un public jeune tout en améliorant leur image de marque.


Jasmin vous propose une étude de marché sur le social shopping et le marché des influenceurs :


· Comment les acteurs financiers se positionnent-ils vis-à-vis des influenceurs ?

· De quelle manière les établissements financiers peuvent-ils se démarquer sur ce marché ?

· Comment se développe le social shopping sur les réseaux sociaux ?

· Quels sont les partenariats prometteurs à suivre dans le social shopping ?

Le marketing sous influence
.pdf
PDF • 1.79MB



19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout