• Jasmin

Le financement de la chirurgie esthétique


Les cabinets parisiens de médecine esthétique ont constaté une augmentation de 30% de prises de rendez-vous.


Les réunions en télétravail et un surplus d’épargne a poussé certain·e·s Français·e·s à passer le cap du bistouri.


Contrairement à la chirurgie plastique réparatrice, les opérations esthétiques ne sont prises en charge ni par la sécurité sociale, ni par une complémentaire santé.


Les prix peuvent varier entre 200 euros pour une petite opération jusqu’à 10 000 euros pour des actes plus poussés.


Un autre phénomène se développe en parallèle, porté par le monde de l’influence et des réseaux sociaux : le tourisme esthétique. Les voyageur·euse·s choisissent leur destination en fonction du prix des opérations et du pouvoir d’achat dans le pays. La Tunisie et la Turquie se place en bonne position dans les destinations phares.


Entre 2018 et 2019, les revenus du tourisme médical en Turquie ont connu une hausse de 79 %, soit un chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros.


Cet engouement pour les actes chirurgicaux amène de nouveaux besoins de financement, notamment pour les plus jeunes qui ne disposent pas forcément de la trésorerie nécessaire.


De plus, l’attrait pour des cliniques étrangères moins onéreuses amène de nombreux questionnements sur la protection juridique offerte en cas de conflits.


Des sociétés comme Esthétique-finance proposent à leurs clients de les aider à obtenir un crédit pour financer leurs opérations.


· Quelles sont les possibilités de financement qui existent aujourd’hui pour financer des opérations de chirurgie esthétique ?

· Comment se positionnent les assureurs sur ce marché ?

· Quelles sont les protections qui existent aujourd’hui en cas de litige pour des opérations à l’étranger ?

· Quels sont les besoins des consommateur·trice·s en termes de financement et d’assurance ?

Le financement de la chirurgie esthétique
.pdf
Download PDF • 489KB

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout