• Jasmin

La télémédecine, un marché en expansion


Apparues au début des années 2010, les applications de téléconsultation ont vu leur fréquence d’utilisation s’accroître au moment du premier confinement de mars 2020.

En moins d’un mois, celles-ci ont vu leur affluence totale passer de 10.000 à 500.000 consultations hebdomadaires, avec des pics à 1 million durant l’épidémie.

D’une certaine manière, le coronavirus semble avoir plus que jamais légitimé l’utilisation de la télémédecine.

Que ce soit par le biais de téléconsultations classiques entre médecins et patients, de téléexpertises entre médecins et spécialistes ou de régulations médicales pour permettre aux urgences d’effectuer leurs premiers diagnostics, la télémédecine s’immisce partout.

Aujourd’hui, les acteurs BFA sont également présents dans ce domaine et possèdent leur propre application. Le plus souvent réservées à leurs employés, ces dernières n’ont pour le moment pas connu le succès des applications les plus connues à l’instar de Doctolib ou de Qare.

Toutefois, il est bon de rappeler que les applications de télémédecine (e-santé) n’ont pas été conçues pour adresser des soins en temps de crise. Pour cause, ces dernières ont un tout autre objectif à l’origine.

Mises en avant par la loi « Hôpital, patients, santé et territoire » (HSPT) du 21 juillet 2009, elles ont pour but de pallier aux manques structurels de personnel dans les hôpitaux et de médecins dans les zones rurales, voire dans les zones blanches.

Jusqu’alors, la télémédecine était surtout réputée pour être à l’origine de nouvelles tensions au sein du corps médical.

Que ce soit par refus catégorique de certaines professions de l’utiliser ou encore par la difficulté du patient et du médecin de pouvoir communiquer, elle reste encore perfectible aux niveaux organisationnel et pratique.

Comme toute innovation basée sur la captation de données, cette technologie est aussi en proie à de potentielles cyber attaques, que les applications ont pour le moment bien su gérer.

Ainsi, les acteurs BFA ont un rôle à jouer concernant l’accompagnement des patients dans leur utilisation de la télémédecine. Via leur application, ils ont l’opportunité d’offrir des services supplémentaires afin de se distinguer des applications actuellement en vogue.

C’est dans ce contexte que Jasmin se pose la question de la gestion de la télémédecine en termes d’innovation :

· Que pensent les utilisateurs actuels des applications de télémédecine ?

· Quels sont les leviers sur lesquels s’appuyer pour optimiser le recours à la télémédecine auprès des usagers et des non initiées (patients et médecins confondus) ?

· Quelle place pour le secteur banque/finance/assurance dans le processus ?

· Quel rôle doit conserver la télémédecine à terme ?

Jasmin propose deux études complémentaires sur la thématique de la télémédecine, pouvant être souscrites en pack ou séparément selon vos besoins :


- Une étude pour évaluer le marché de la télémédecine

- Une étude qualitative basée sur des entretiens avec des professionnels de santé


La télémédecine, un marché en expansion
Download • 481KB

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

05 56 40 00 44

15 Rue Léon Blum 33150 Cenon, France

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

© Jasmin | tous droits réservés