• Jasmin

L'ISR face à la crise climatique



Les encours de l’investissement responsable représentent plus de 1 860 milliards d’euros en 2019, en forte progression : à périmètre constant, les encours ISR progressent de 32% sur un an et ceux des autres approches ESG de 21%. Bien loin de ceux de l’évasion fiscale des Pandora Papers à 11 300 Mds€.


La difficulté est d’ailleurs avant tout dans l’éthique. Il est assez facile de mesurer son empreinte carbone, d’éviter les investissements dans des entreprises polluantes, mais plus difficile de mesurer l’éthique.


Or l’enjeu pour les populations comme pour les assureurs, c’est de réduire les émissions pour ensuite minimiser la hausse des températures. Pour réduire les risques climatiques et arrêter une extinction massive de la biodiversité, des engagements plus forts devront être pris par tous les acteurs et pas seulement par les investisseurs.


Une idée parmi tant d’autres pourrait être de monétiser l’impact de chaque degré de température à l’échelle planétaire. Combien coûte les dégâts en fonction d’un degré de température ?


Comment récompenser ou encourager ceux qui atteignent la neutralité carbone ? Faut-il encourager la décarbonation par une fiscalité favorable ? ou faut -il utiliser la fiscalité en taxant le carbone de façon punitive ?

Ces questions de société vont bien au-delà de la finance.


Elles concernent au premier chef les assureurs avec l’augmentation des risques climatiques, les banques avec des obligations extra-financières, puis nous tous pour que la planète sur laquelle nous vivons aujourd’hui reste habitable.


L’objet de cette étude est de mener une réflexion sur les enjeux des investissements socialement responsables et sur l’épargne financière dans un contexte de crise climatique et énergétique.



L'ISR face à la crise climatique
.pdf
Download PDF • 1.91MB




27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout