• Jasmin

Epargne et Prévoyance, choix ou synergies ?

Mis à jour : avr. 12


Démystification de la retraite, craintes à propos de l’avenir de la planète, stratégies financières orientées vers le présent plutôt que vers l’avenir, rythmes de vie accélérés, mutations sociétales - notamment familiales - majeures …


Ces multiples tendances montrent à quel point il est difficile de prédire comment les Français prépareront leur avenir et celui de leur descendance. Alors que la vague jaune a porté la question du pouvoir d’achat au cœur des débats, le pouvoir d’épargne est quant à lui menacé.


Le recours à des produits de prévoyance est lui traditionnellement indexé à un certain niveau de méfiance envers l’avenir. Pourtant, et c’est un paradoxe, l’épargne a profité, en ce début d’année, d’un effet de report suite au ralentissement de la consommation en marge des manifestations, et fut soutenue par les primes Macron, versées par une large majorité des grands groupes français.


La mise en place du prélèvement à la source, qui aurait pu décourager l'épargne a, au contraire, joué en sa faveur. La décision du gouvernement de verser de manière anticipée 60% des réductions d'impôt à la mi-janvier a amené les ménages à en affecter une partie sur leur Livret A (4 Milliards EUR d’encours de collecte en Janvier, record depuis janvier 2013).


Celui-ci présente pourtant un rendement négatif (rémunéré à 0,75%, alors que l’inflation s'est inscrite à 1,8% en 2018). Sa sécurité et sa liquidité restent des atouts majeurs pour les consommateurs en des temps difficiles. Si ce mouvement vers l’épargne est réel (la grande majorité des Français déclare épargner chaque mois), pour la plupart (64%) la somme mise de côté est inférieure à 100 EUR et reste donc relativement marginale.


Comme un symbole, alors qu’elle ne fait plus vraiment recette, l’Assurance Vie et sa transférabilité sont aujourd’hui débattues à l’Assemblée Nationale dans le cadre de la loi PACTE : possibilité de transfert interne des contrats (sans perte d’antériorité fiscale), plus de transparence vis-à-vis des frais et de la performance des contrats d’assurance vie. La palette des solutions proposées, tant bancaires qu'assurantielles, reste large.


Il est aujourd’hui primordial pour les banquiers et assureurs d’anticiper sur le sujet de l’épargne et de la prévoyance, et de distinguer par là même les nouvelles stratégies mises en place par les consommateurs.


Ceci leur permettra d’affiner leur segmentation marketing mais aussi proposer des produits au plus juste des besoins à l’ère de l’hyper personnalisation. Entre souscrire à des produits de prévoyance et mettre de côté en cas de coup dur, c’est au travers de cet arbitrage (stratégique comme philosophique) que nous vous proposons d'aborder cette problématique.


* Les produits d’épargne et de prévoyance sont-ils en phase avec les besoins des consommateurs ? Sont-ils correctement perçus ?

* Comment désacraliser et démocratiser les produits de prévoyance et autres produits de placement ?

* Quels freins et motivations à souscrire à des offres de prévoyance ou des solutions d’épargne ? Quels sont les facteurs de décision ? Quels nouveaux risques prendre en compte ? …


Contenu de l'étude, timing et budget, info@groupe-jasmin.com

 

05 56 40 00 44

15 Rue Léon Blum 33150 Cenon, France

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

© Jasmin | tous droits réservés