• Jasmin

Mieux accompagner les clientèles fragiles

Mis à jour : avr. 11


Aujourd’hui, on estime qu'environ 1 million de personnes occupe un emploi et vit sous le seuil de pauvreté des 855 Euros mensuels pour une personne seule. Cette hausse de la précarité est constante depuis 2014. La France des travailleurs pauvres et de l’insécurité sociale s’est largement exprimée dans la rue au travers du mouvement des gilets jaunes. Personne n’est à l’abri d’un accident de la vie (perte d’emploi, chômage, maladie, ruptures familiales, problèmes de santé, …) qui au delà du drame personnel se traduit par une vulnérabilité financière accrue. Les banques, conscientes du phénomène, ont bien plafonné les frais bancaires comme elles s'y étaient engagées fin 2018 auprès des autorités prudentielles. Ces derniers sont désormais capés à 25 Euros mensuels, voire 20 lorsque les clients souscrivent une offre spécifique dédiée aux clientèles en situation de fragilité (OCF). La Banque de France a récemment souligné les progrès en la matière mais elle engage les banques à davantage de moyens pour identifier plus précocement les clients fragiles et reste vigilante sur la diffusion de l'offre bancaire à bas coût dédiée aux plus démunis. Si le dispositif OCF est applicable aux 3,6 millions de français en situation de fragilité financière, seul 1 client fragile sur 10 y a de fait souscrit et bénéficie du tarif fixé par décret à 3€ par mois. La pédagogie semble ici le maître mot pour informer les clients concernés par cette offre mais aussi l’implémentation de services bancaires appropriés (transparence des tarifs, lisibilité des relevés de compte,…). Néanmoins, les offres à 1 et 2 Euros par mois fleurissent sur le marché. Crédit Agricole, à titre d’exemple, propose le compte Budget Protégé pour les clients interdits d’émettre des chèques ou en situation de surendettement, au tarif d'1 Euro par mois avec des frais limités à 20 Euros par mois et 200 Euros par an. Si l’accompagnement est l’une des clés du retour à une situation budgétaire et bancaire normalisée pour nombre de clients, la prévention des incidents passe également par la mobilisation des acteurs sociaux et associatifs pour faire connaître ces offres et dispositifs. Des solutions digitales existent et peuvent permettre de réelles économies, à l’instar de Fee Fighter. Proposée par la fintech Cushion, cette solution permet au consommateur de visualiser les frais visibles et ceux moins visibles facturés par les banques. * Qui sont les acteurs légitimes et les mieux positionnés sur les clientèles fragiles ? * Quelles sont les offres et services les plus novateurs en France mais aussi à l'international ? * Comment rendre + efficace l'accompagnement des clientèles fragiles ?


Contenu de l'étude, timing et budget, info@groupe-jasmin.com

Suivre

Contact

05 56 40 00 44

Adresse

15 Rue Léon Blum 33150 Cenon, France

© Jasmin | tous droits réservés, y compris traduction