• Jasmin

Ces banques qui veulent changer le monde


Helios, Green-Got, Onlyone et plusieurs fintech tricolores permettent de financer la transition écologique en adoptant un compte en banque durable et transparent.


Encore à l'état de projet, ces néobanques prévoient de se lancer d'ici la fin de l'année.

Elles s’adressent pour le moment surtout aux particuliers et surfent sur la vague de la durabilité dans l’univers de la finance.

Signaux forts ou faibles, il est trop tôt pour le dire.

Grâce à des partenariats, ces challengers intègrent les empreintes carbones et proposent des compensations sous forme d’investissements durables ou de replantations d’arbres.

Bunq Super Green permet de replanter des arbres à partir d’un plancher de dépenses.

Doconomy estime l’empreinte carbone à partir des dépenses et propose des investissements pour celle-ci.

Pascal Canfin, président de la commission de l'Environnement au Parlement européen, estime que « les épargnants doivent être embarqués dans la finance verte ».

Larry Fink, à la tête du fonds BlackRock veut également être à la pointe en matière de finance verte. Une stratégie qui, en plus d’être dans l’air du temps, lui rapporte gros : "l’investissement durable représente désormais le meilleur gage de robustesse pour le portefeuille des clients".

Comment mesurer le potentiel de ces néobanques vertes ? Pourquoi la finance doit elle intégrer la notion de durable ? Comment devenir « une banque responsable » aujourd’hui ?

Quelles sont les valeurs à promouvoir ? Une des formules gagnantes allie les valeurs de l’ESS à celles de l’utilisateur « branché » des néobanques. Revolut et N26 sont parvenues à rafler des millions de clients - plutôt jeunes - aux banques traditionnelles. En rajoutant une touche verte, elles vont gagner de nouveaux segments de la population.

Face au défi de la transition écologique, les banques traditionnelles souhaitent également développer la finance verte, par exemple avec les encours du livret A et du Livret de développement durable et solidaire (LDDS).

Et avec une somme conservée de 437 milliards d’euros, l’enjeu est de taille dans le domaine de l’épargne pour des consommateurs qui souhaitent comme dans les autres pans de leur vie financière, être clients de produits et services en accord avec leurs convictions.

Quelle leçon tirer de ces nouvelles banques vertes ? Comment les acteurs traditionnels doivent-ils réagir ? Comment marquer sa différence et quels leviers d’action pour les opérateurs financiers ?

Pour comprendre comment ces banques veulent changer le monde, nous vous proposons une étude complète focalisée sur 4 néobanques vertes (Onlyone, Greengot , Helios , Bunq Green Card).


33 vues
 

05 56 40 00 44

15 Rue Léon Blum 33150 Cenon, France

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

© Jasmin | tous droits réservés