• Jasmin

Complémentaires santé, quel avenir ?



18 mois après la généralisation de la complémentaire santé, on peut légitimement s’interroger sur ses perspectives après l’ANI.

Beaucoup pensaient que les entreprises allaient choisir un panier de soins minimum, elles ont généralement préféré des couvertures santé milieu de gamme. C’est une bonne nouvelle certes mais près de 25 % des entreprises visées par la loi de 2013 n'auraient toujours pas généralisé la complémentaire santé. Avec l’instauration en 2015 des plafonds de remboursement pour limiter les dépassements d'honoraires, les salariés ont vu de plus leur reste à charge s’envoler, et beaucoup sont contraints de souscrire à des sur-complémentaires pour conserver leur précédent niveau de remboursement. La complémentaire santé reste encore inaccessible pour 4,5 millions de français non couverts, l'occasion pour des mutuelles solidaires, voire communales, de s'intégrer dans le jeu des acteurs d'un secteur qui a beaucoup évolué.

Outre le basculement du marché des contrats individuels vers les contrats collectifs, le nouveau dispositif a donné lieu à une foire d'empoigne entre assureurs, instituts de prévoyance, mutuelles et bancassureurs. Alors que le PLFSS 2018 prévoit une suppression du RSI et une hausse du forfait journalier hospitalier, on pourrait assister à une hausse de la demande des contrats individuels alors que de nombreuses sociétés, ayant choisi à la dernière minute un prestataire pour leur contrat collectif, risquent de changer d'assureur prochainement. Dans ce contexte, notre étude tentera de répondre aux questions suivantes : - L’ANI a-t-elle créé de la valeur ? Qui sont les gagnants et les perdants ? - Comment les différents acteurs se sont-ils redistribué les cartes des contrats collectifs de l’assurance-santé ? - Quel marketing inventer pour les sur-complémentaires ? - Existe-t-il des solutions alternatives ?


Budget, contenu et timing, nous contacter

#assurancesanté #mutuelles #prévoyance